Vous ds7

DS7 : enfin au niveau des meilleurs

, par Camille Pinet

Jusqu’ici la marque de luxe française DS ne possédait pas les armes nécessaires pour rivaliser avec les références. Le tout nouveau DS7 s’en donne enfin les moyens, tant du point de vue du raffinement que de la dotation technologique.

 
A force d’entendre parler de la “montée en gamme” comme de l’objectif ultime à atteindre pour l’industrie française, on avait fini par croire celle-ci impossible. Pourtant, il est un secteur où celle-ci est réellement en train de se produire : l’automobile. Le dernier SUV lancé par la marque DS en est même une démonstration étonnante. Positionné entre un BMW X1 et un Audi Q5, ce modèle est tout simplement le plus sophistiqué de la production hexagonale du moment. Il se distingue particulièrement par le nombre d’équipements et d’aides à la conduite qu’il propose. Depuis la vision de nuit jusqu’à l’assistant de conduite dans les embouteillages, rien ne manque à l’appel. Reste qu’il ne suffit pas de proposer un catalogue d’équipements étoffés, encore faut-il qu’ils fonctionnent correctement et c’est là que le DS7 surprend. C’est particulièrement le cas de l’assistant de maintien en ligne, qui est l’un des mieux calibrés que nous ayons essayés. Il est même capable de s’adapter à la demande du conducteur, par exemple de rester sur le bord de la voie lorsqu’il s’agit de laisser la place aux files de motos sur le périphérique parisien.
Cette maîtrise des codes du haut de gamme se retrouve en matière de finition. Le DS7 propose une esthétique intérieure très personnelle, peut-être un rien exubérante, mais avec une qualité de réalisation de tout premier ordre. Là encore, il propose le nec plus ultra du segment, avec une instrumentation entièrement numérique et une ergonomie plutôt bien pensée et intuitive.

 
Luxe indiscutable
En matière de conduite, le DS7 fait le choix du confort grâce à ses suspensions plutôt souples, même lorsque le réglage Sport est choisi. Néanmoins, la nouvelle transmission automatique à huit rapports donne de l’allant au Diesel 180 ch. On regrettera simplement sa consommation un peu plus élevée que celle des références de la catégorie et l’absence de transmission 4 roues motrices. Sur le plan du rapport prix prestations, ce SUV de luxe à la française se place de manière très compétitive face à ses concurrents “premium”, manière de compenser une image de marque encore à construire. Si DS ajoute la constance à cette maîtrise technologique, elle pourrait bien retrouver les honneurs dans un segment jusque-là verrouillé par les spécialistes allemands.
 
 

gplus-profile-picture

Camille Pinet


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires