Management thumbnail_liquidation

Des liquidations d’entreprises de plus en plus nombreuses

, par Deborah Weill

Un an après le début de la pandémie, les entreprises les plus fragiles sont plus que jamais menacées. Aujourd’hui, 8 jugements sur 10 aboutissent à une liquidation directe de l’entreprise, selon Altares. Un pourcentage exceptionnel, encore jamais atteint par le passé.

Le groupe Altares a mené une étude destinée à analyser l’évolution des chiffres des défaillances d’entreprises. On peut ainsi observer que malgré la diminution de 32,1 % du nombre de procédures collectives ouvertes par rapport à l’année dernière, 79 % des jugements aboutissent à une liquidation directe de l’entreprise. Une proportion record, jamais observée au cours de ces vingt dernières années. Si selon cette étude, 7 406 entreprises se sont retrouvées en situation de défaillance au cours du premier trimestre de 2021, il n’en demeure pas moins vrai que ces entreprises défaillantes sont moins nombreuses que début 2020, quand la crise de la Covid-19 n’avait pas encore fait son apparition. Ce qui est particulièrement surprenant c’est que sur les 1 493 entreprises placées en redressement judiciaire, seules 170 d’entre elles ont bénéficié d’une procédure de sauvegarde. Une baisse remarquable de 51,2 %, deux fois moins rapide que celle des liquidations judiciaires directes qui dénotent un retrait de 24,5 %.

À lire aussi : Trésorerie et Covid-19, halte aux impayés

Le taux de liquidation directe des entreprises atteint ainsi en mars 2021 le triste record de 79 %, ce qui témoigne de la grande fragilité de nombreuses structures. Ces chiffes sont susceptibles de s’accroître si l’on considère l’augmentation de 155 % des procédures ouvertes en ce même mois de mars. Le nombre d’emplois menacés représente également une moyenne record de 4 emplois par entreprise.

Clients et fournisseurs fiables

Les défaillances sont donc en recul dans la majorité des secteurs. A contrario, l’ensemble de ces secteurs démontrent des signes sensibles de leur fragilité grandissante. Par exemple, dans le secteur de l’immobilier, les entreprises chargées de promotion immobilière ont vu augmenter de 85 % leur proportion de procédures ouvertes alors que le secteur plus général du bâtiment voyait diminuer dans le même temps sa proportion de procédures ouvertes à hauteur de 32 %. On peut citer également le secteur des services aux entreprises qui marque un recul de 23 % des défaillances contre une augmentation de 35 % pour les entreprises en conseil en relations publiques et en communication. Pour Thierry Millon, directeur des études Altares : “Les entreprises qui ressortiront de cette crise dans les meilleures conditions sont celles qui, au-delà de leur propre situation financière, pourront compter sur des fournisseurs et des clients fiables et solides. L’impayé client ou la faillite du client sont des situations dont beaucoup d’entreprises ne se remettront pas après la Covid-19”. Un enjeu de taille pour des entreprises déjà bien en difficultés.

Deborah Weill

Deborah Weill
Journaliste


Sur le même thème