Management netflix

Netflix, l’art de la disruption

, par Camille Boulate

À l’origine, Netflix était un simple loueur de DVD. Sa particularité : proposer son catalogue par le biais d’un site Internet. Au fil des années, grâce à des choix osés et parfois risqués, la firme américaine est devenue un acteur majeur de la vidéo à la demande par abonnement. Retour sur cette ascension. TIMELINE

 

Une petite entreprise de location de DVD

Netflix voit le jour en 1997. Son fondateur, Reed Hastings a alors l’idée de proposer, via Internet, la location de DVD envoyés à domicile. Deux ans plus tard, la plateforme amorce sa première révolution en proposant non plus une tarification par DVD loué mais un abonnement mensuel. Elle commence aussi à utiliser un système de recommandation personnalisée.

L’arrivée du streaming

En 2007, Netflix prend un second virage stratégique en introduisant le streaming, donnant la possibilité à ses utilisateurs d’accéder instantanément à des séries TV et des films sur leur ordinateur.

Une quasi faillite

Le début des années 2010 est rythmé par la première grosse erreur de Reed Hastings. Ce dernier décide qu’il est temps de séparer les activités streaming et DVD. Un échec pour l’entreprise, qui accusera une chute en Bourse et la perte de 800 000 abonnés en l’espace de cinq semaines.

De distributeur à producteur / Une croissance affolante

Le succès de Netflix repose sur un tournant décisif, quand l’entreprise décide en 2013 d’investir dans ses propres productions. Depuis son arrivée en France en 2014, Netflix séduit toujours plus d’abonnés. La plate-forme compte aujourd’hui 176 millions d’abonnés à travers le monde. Son chiffre d’affaires en 2017 était de 11 milliards de dollars.

Un acteur majeur du cinéma

En 2018, la plateforme de streaming possède un catalogue de plusieurs milliers de films et de séries, notamment « originaux ». Des dizaines de séries à succès, mais aussi des longs métrages, comme The Meyerowitz Stories et Okja – deux films ayant défrayé la chronique au Festival de Cannes pour avoir été présentés sans avoir été projetés dans aucune salle. Quelques mois après avoir été boycotté sur la Croisette pour cette raison, Netflix vient d’obtenir le Lion d’Or, la plus haute distinction de la Mostra de Venise – pour le film « Roma », du réalisateur mexicain Alfonso Cuaron.

gplus-profile-picture

Camille Boulate


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires