High Tech digital-entreprise

84 % des salariés considèrent que le digital rend leur métier “plus intéressant”

, par Fabien Soyez

Une étude du HRM Digital Lab de Institut Mines-Télécom Business School indique que les salariés français ne semblent pas avoir peur de la transformation digitale. Mieux : ils sont nombreux à attendre un engagement plus fort de leur entreprise dans ce processus.

 

90 % des salariés indiquent que le numérique a aujourd’hui impacté leur métier, selon l’étude “Les salariés français à l’ère de la transformation digitale” (1) du HRM Digital Lab de Institut Mines-Télécom Business School. Toutefois, dans le détail, s’ils sont 48 % à parler d’un impact “fort” sur leur profession, 42 % estiment que l’impact du numérique est “modéré”, voire inexistant.

En outre, signe d’une diversité de situations, 11 % des salariés indiquent que le numérique est “au cœur” de leur métier et 35 % qu’il constitue une “part importante” de leur travail, tandis que 14 % le décrivent comme peu présent dans leur activité. Seuls 9 % d’entre eux n’y ont pas recours.

 

Des salariés “engagés et volontaires”

Alors que plusieurs études récentes indiquent que les salariés sont globalement méfiants face au numérique et surtout l’IA, l’étude du HRM Digital Lab fait le constat inverse : ainsi, 84 % des personnes interrogées considèrent que le digital rend leur métier “plus intéressant”, ou qu’il n’a pas d’impact majeur. En outre, 43 % d’entre eux qualifient leur rapport au numérique d’une façon positive, 47 % sont neutres, et 11 % sont négatifs.

À noter que 40 % des répondants attendent que leur entreprise aille plus loin dans la transformation digitale. Ce qui conduit le HRM Digital Lab à conclure que les salariés sont “réellement engagés”, “volontaires”, et ont finalement une maturité digitale plutôt bonne : “l’étude montre un engagement favorable et positif dans le temps, même si l’on peut relever des signes d’inquiétude”, conclut-il.

 

(1) Cette étude a été conduite par Opinion Way auprès de 1 000 salariés français, avec le soutien du CFA-EVE et de l’ANDRH Essonne. Un sondage complémentaire a été réalisé auprès de 100 décideurs dans le secteur privé, localisés en Île-de-France.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires