Entreprise cadres-fier

Sondage : 1 cadre sur 2 est fier de son entreprise

, par Audrey Pelé

Une enquête Cadremploi.fr révèle que les cadres s’épanouissent dans leur entreprise même s’ils n’exercent pas le métier de leur rêve. Selon l’étude, ils accordent une grande importance à leurs relations de travail et cela compte davantage pour eux que leur rémunération.

Malgré les difficultés du monde du travail, les cadres continuent de plébisciter leur entreprise, selon un sondage Cadremploi.fr* (un site Web d’emploi pour les cadres et les dirigeants en France). En effet, la pression exercée sur les cadres pour plus de performance peut être une source d’insatisfaction professionnelle : ainsi, 45 % d’entre eux estiment se sentir mal dans leur société. Paradoxalement, ils sont 53 % à se dire fiers d’elle, principalement en raison des relations qu’ils entretiennent avec les autres collaborateurs (32 %). Cette part s’élève même à 38,5 % chez les 18-25 ans. Viennent ensuite la performance des produits de l’entreprise (30 %), son image (29,5 %), puis sa notoriété (29 %).

Un cadre sur deux s’épanouit au travail

Au-delà de la dimension humaine, les cadres accordent une grande importance au périmètre de leur poste et à la satisfaction qu’il leur apporte au quotidien. Même s’ils avouent ne pas exercer la profession désirée de leur jeunesse (56,5 %), plus de la moitié d’entre eux (54 %) affirment toutefois que leur poste actuel correspond globalement à leurs attentes. Parmi les métiers qui faisaient rêver les cadres, l’ingénieur (11%) et le pilote de ligne (10 %) arrivent en tête. Scientifique, journaliste, médecin ou encore enseignant, suivent de près.
Pour autant, plus d’un cadre sur deux s’épanouit dans son travail. Différents éléments parviennent à combler les attentes, notamment le contenu du poste (57 %) et l’acquisition continue de compétences (42 %). La rémunération n’arrive qu’en 3e position, mentionnée par 35 % des cadres. De nouveau, les moins de 25 ans se distinguent en étant 72 % à se montrer particulièrement attentifs aux missions confiées, alors qu’ils ne sont que 40 % à évoquer la rémunération.

*Enquête “Mon travail et moi” et “Mes collègues et moi” menée auprès de 3940 internautes de Cadremploi.fr.
 

gplus-profile-picture

Audrey Pelé
Journaliste pour Courrier cadres


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires