Entreprise Stressed,Tired,Exhausted,Businesswoman,Sitting,At,Office,Desk,With,Laptop

Santé au travail : un bilan 2020 mi-figue mi-raisin

, par Fabien Soyez

Les accidents du travail ont baissé de 17,7 % au cours de l’année 2020, selon l’Assurance maladie. Mais ce chiffre est à mettre en relation avec la crise et le ralentissement de l’activité économique. Et si les maladies professionnelles ont aussi reculé, celles liées à des troubles psycho-sociaux ont explosé de 37 %.

De bonnes nouvelles, mais qui n’en sont pas vraiment : ainsi pourrait être décrit le bilan annuel des risques professionnels, publié le 26 octobre 2021 par l’Assurance maladie-Risques professionnels.

Selon le décompte de l’organisme, les accidents du travail ont baissé de 17,7 %, passant de 655 715 en 2019 à 539 833 en 2020. Ceux survenus en déplacement ont également chuté, de 19,7 %, avec 79 428 accidents répertoriés. “Une très forte baisse constatée à des degrés divers dans la plupart des grandes régions“, indique l’Assurance maladie-Risques professionnels.

sante-travail

 

L’effet Covid

Mais ces chiffres ne signifient pas pour autant un véritable bouleversement. En effet, cette baisse soudaine des accidents du travail est en relation directe avec la crise sanitaire, qui a provoqué une baisse de l’activité économique, des périodes de confinements, ainsi qu’une hausse du télétravail et du chômage partiel. Ces deux dispositifs ayant ainsi conduit à protéger, par défaut, des travailleurs restés chez eux.

L’étude illustre ce lien avec le Covid avec les détails selon les secteurs : le recul des accidents du travail est davantage marqué dans les services (-23,3 %) et l’intérim (-23,9%) que dans le BTP (-12,8 %), où l’activité avait repris bien plus vite, dès la fin du printemps 2020. À contrario, nombre de secteurs sollicités pendant la crise sanitaire connaissent des chiffres en augmentation, comme les métiers de l’ambulance (+ 2,4 %), les centrales d’achat (+ 5 %) et la vente à distance (+ 14 %).

sante-travail-2

“L’année 2020 a été marquée par une crise sanitaire sans précédent et par des mesures de sécurité sanitaire extraordinaires. Les chiffres de la sinistralité et certains constats reflètent cette situation atypique et doivent, à cet égard, être appréciés avec prudence”, estime Sylvie Dumilly, présidente de la Commission des accidents du travail et maladies professionnelles de la branche AT/MP.

 

Les affections psychiques en recrudescence

De leur côté, les maladies professionnelles prises en charge ont, elles aussi, diminué (-18,8 %), y compris les cancers (-14 %). Les TMS (troubles musculo-squelettiques) constituent l’essentiel des prises en charge en 2020, avec 87 % des maladies professionnelles. Mais il ne s’agit pas forcément d’une bonne nouvelle : en effet, les pathologies lourdes associées aux maladies professionnelles  ne se déclarent pas à court terme et, à ce titre, n’auraient donc pas dû fléchir aussi vite. L’Assurance maladie ne cache ainsi pas son inquiétude, y voyant le signe d’un possible renoncement aux soins. Elle appelle dans son rapport à “encore plus de vigilance et d’accompagnement” des personnes potentiellement concernées dans l’entreprise.

En parallèle, l’épidémie de Covid-19 a provoqué une augmentation des affections psychiques ; dans le prolongement d’une hausse déjà observée ces dernières années. En 2020, quelque 1 441 maladies professionnelles relevant de troubles psychosociaux ont été prises en charge par l’Assurance Maladie – Risques professionnels (+ 37 %). Une forte augmentation “probablement liée à l’impact de la pandémie sur le contexte professionnel”, estime la branche AT/MP.

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires