Entreprise comptable

Pour 41 % des comptables, la saisie des données complique les clôtures

, par Pierre Tourtois

Selon une étude de l’organisation professionnelle IMA, 2 comptables américains sur 3 se plaignent de leurs conditions de travail lors des clôtures annuelles.

BlackLine, spécialisé dans l’automatisation et l’optimisation des fonctions comptable et financière, vient de dévoiler une étude de l’Institute of Management Accountants (IMA). Selon cette enquête, menée auprès de 750 cadres américains, les entreprises rencontrent régulièrement des difficultés lors de leurs clôtures des comptes.

 

Récolter les données, un passage obligé contraignant

Selon “plus de deux tiers des personnes interrogées”, la clôture des exercices comptables est synonyme de pression supplémentaire. 41 % des sondés estiment ainsi que la compilation des données est le principal obstacle au respect des délais. Il faut dire que 43 % d’entre eux déclarent passer “plus de la moitié de leur temps à collecter, saisir et valider les données”. Par ailleurs, seulement 28 % des professionnels interrogés font “entièrement confiance à l’intégrité des informations qui leur parviennent” et l’IMA remarque que des processus automatisés pourraient simplifier et fiabiliser ces démarches.

 

Un gain de temps potentiel

Cette automatisation de la compilation des données pourrait satisfaire les professionnels du secteur : en effet, pour 55 % des sondés, passer moins de temps sur les clôtures leur permettrait de se concentrer sur des tâches plus stratégiques pour leur entreprise. Enfin, d’après 61 % des personnes interrogées, leur entreprise dépend trop de ces tableurs, contre 28 % convaincues du contraire.
Un constat préoccupant selon l’auteur de l’étude de l’IMA, Kip Krumwiede, qui prône une automatisation de la récolte des données pour limiter les erreurs : “Ce recours massif aux tableurs est inquiétant, lorsqu’on tient compte des risques et problèmes récurrents liés à leur utilisation, notamment l’évolution des normes comptables, les délais requis, les erreurs de saisie et les cellules reliées dans le tableur”.

Pierre Tourtois


Sur le même thème