Entreprise masque

Masques artisanaux bannis, distance de 2 mètres : le protocole sanitaire bientôt modifié

, par Fabien Soyez

Jugés inefficaces face aux variants du Covid-19, les masques fabriqués à la maison seront bientôt interdits prohibés en entreprise. La distanciation physique devrait aussi être portée à deux mètres. Le protocole sanitaire sera adapté en ce sens.

Le gouvernement, qui devrait faire de nouvelles annonces après le nouveau Conseil de défense prévu mercredi 27 janvier 2021, demandera prochainement aux salariés de ne plus porter de masques artisanaux au travail.

Jugés insuffisants par les autorités sanitaires, et en premier lieu par le HCSP (Haut conseil de la santé publique), face aux variants du coronavirus, ces masques fabriqués à la maison devraient ainsi être interdits par les employeurs. Qui seront incités par l’État à n’utiliser que trois types d’équipements : des masques chirurgicaux, des FFP2 et des masques en tissu industriels, dits de catégorie 1.

Afin d’officialiser cela, le gouvernement devrait adapter le protocole sanitaire en entreprise, selon le secrétaire d’État chargé de la Santé au travail, Laurent Pietraszewski, qui s’est exprimé sur le sujet dimanche 24 janvier sur France Info. ”Le gouvernement suit scrupuleusement les recommandations du Haut conseil de la santé publique (HCSP) depuis le début de la crise, et le le protocole sera adapté, comme à chaque fois, après en avoir discuté avec les partenaires sociaux”, a-t-il précisé.

La recommandation du Haut conseil de la santé publique, sur laquelle se base le gouvernement, a été toutefois été critiquée par l’Académie de médecine. Pour cette dernière, la HCSP “manque de preuves scientifiques, alors que l’efficacité des masques ‘grand public’ n’a jamais été prise en défaut, dès lors qu’ils sont correctement portés”. À noter que Laurent Pietraszewski a assuré que l’exécutif donnait encore “sa chance au couvre-feu”, qui aurait produit “des résultats encourageants”, avant de décider d’un potentiel reconfinement.

 

LIRE AUSSI : Covid-19 : Le protocole sanitaire pour les entreprises n’a pas de caractère obligatoire

 

Une distanciation étendue à 2 mètres

Dans sa version actuelle, qui date du 6 janvier 2021, le protocole sanitaire continue de rendre le port du masque “systématique” dans les lieux collectifs clos. Pour les salariés travaillant seuls dans un bureau (ou une pièce) nominatif, “ils n’ont pas à porter le masque dès lors qu’ils se trouvent seuls”. Dans les ateliers, il est possible de ne pas porter le masque pour les salariés “travaillant en ateliers dès lors que les conditions de ventilation / aération fonctionnelles sont conformes à la réglementation, que le nombre de personnes présentes dans la zone de travail est limité, que ces personnes respectent la plus grande distance possible entre elles, y compris dans leurs déplacements, et portent une visière”, indique le ministère.

Pour les travailleurs en extérieur, le port du masque est “nécessaire en cas de regroupement ou d’incapacité de respecter la distance d’un mètre entre les personnes”. Dans les véhicules, la présence de plusieurs salariés “est possible à la condition du port du masque par chacun, de l’hygiène des mains et de l’existence d’une procédure effective de nettoyage / désinfection régulière du véhicule.”

Concernant les règles de distanciation, l’employeur doit définir une “jauge” précisant le nombre de personnes pouvant être présentes simultanément dans un même espace. Et permettre une distance de 4m2 par personne afin de garantir une distance d’au moins un mètre autour de chaque personne dans toutes les directions. Mais face aux variants (anglais et sud-africains) du Covid-19, le HCSP a récemment préconisé le passage à une distance de deux mètres entre les personnes. Toutefois, cela ne devrait concerner que les personnes ne portant pas de masques. Notamment lorsqu’elles mangent ou fument une cigarette.

Un décret reprenant ces deux recommandations du HCSP devrait être publié très prochainement, afin de permettre leur intégration dans le protocole sanitaire.

 

LIRE AUSSIMasques, distanciation et télétravail : un guide pratique pour les RH

 

Pour rappel, le 19 octobre 2020, le Conseil d’État a clarifié la portée du protocole sanitaire national destiné aux entreprises. Selon l’institution, il ne constitue qu’un “ensemble de recommandations” permettant aux employeurs de respecter leur obligation de sécurité. Ce document n’a donc aucun caractère contraignant.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires