Entreprise masque

Paniers à emporter, “plans d’action” pour le télétravail confiné : le nouveau protocole sanitaire en entreprise

, par Fabien Soyez

À partir de ce mardi 23 mars, un nouveau protocole sanitaire entre en vigueur dans les entreprises. Il concerne principalement les repas et le télétravail dans les départements reconfinés.

Le nouveau protocole sanitaire, qui entre en vigueur ce mardi 23 mars 2021, inclut principalement de nouvelles mesures pour la restauration d’entreprise et le télétravail.

 

8 m² autour de soi pour manger (seul)

Désormais, tel que spécifié dans un document annexe dédié à la restauration en entreprise, un salarié devra manger seul en respectant un espace libre de 8 m² autour de lui, qu’il déjeune à son bureau ou à la cantine d’entreprise.

Le gouvernement demande aussi aux employeurs d’adapter “systématiquement” les plages horaires d’ouverture. Et recommande de mettre en place, “dans la mesure du possible, des paniers à emporter et à consommer sur le poste de travail pour tout ou partie des convives”.

 

LIRE AUSSI : Covid-19 : Le protocole sanitaire pour les entreprises n’a pas de caractère obligatoire

 

Des “plans d’action” pour le télétravail dans les départements confinés

Le nouveau protocole oblige les employeurs, dans les départements confinés, à définir des “plans d’action” pour favoriser le télétravail.

Dans ces 16 départements, “les entreprises définissent un plan d’action pour les prochaines semaines, pour réduire au maximum le temps de présence sur site des salariés, tenant compte des activités télétravaillables au sein de l’entreprise”, indique le document.

“Ce plan d’action, dont les modalités sont adaptées à la taille de l’entreprise, fait l’objet d’échanges dans le cadre du dialogue social de proximité. En cas de contrôle, les actions mises en œuvre seront présentées à l’inspection du travail”, est-il également écrit.

 

Une distance de deux mètres entre les personnes

Le protocole sanitaire continue de rendre le port du masque “systématique” dans les lieux collectifs clos. Pour les salariés travaillant seuls dans un bureau (ou une pièce) nominatif, “ils n’ont pas à porter le masque dès lors qu’ils se trouvent seuls”. Dans les ateliers, il est possible de ne pas porter le masque pour les salariés “travaillant en ateliers dès lors que les conditions de ventilation / aération fonctionnelles sont conformes à la réglementation, que le nombre de personnes présentes dans la zone de travail est limité, que ces personnes respectent la plus grande distance possible entre elles, y compris dans leurs déplacements, et portent une visière”, indique le ministère.

Pour les travailleurs en extérieur, le port du masque est “nécessaire en cas de regroupement ou d’incapacité de respecter la distance d’un mètre entre les personnes”. Dans les véhicules, la présence de plusieurs salariés “est possible à la condition du port du masque par chacun, de l’hygiène des mains et de l’existence d’une procédure effective de nettoyage / désinfection régulière du véhicule.”

Concernant les règles de distanciation, l’employeur doit définir une “jauge” précisant le nombre de personnes pouvant être présentes simultanément dans un même espace. Et permettre une distance de deux mètres entre les personnes, dans toutes les directions.

 

LIRE AUSSIMasques, distanciation et télétravail : un guide pratique pour les RH

 

Pour rappel, le 19 octobre 2020, le Conseil d’État a clarifié la portée du protocole sanitaire national destiné aux entreprises. Selon l’institution, il ne constitue qu’un “ensemble de recommandations” permettant aux employeurs de respecter leur obligation de sécurité. Ce document n’a donc aucun caractère contraignant.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires