Entreprise Stress technologique

1 Français sur 5 confierait son mal-être à son manager

, par Marie Roques

Selon une étude réalisée par ADP, plus de la moitié des Français, soit 55 % ressentent du stress chaque semaine dans le cadre de leur travail mais semblent avoir du mal à en parler.

Les salariés français sont stressés au travail. Et vu la crise inédite que nous traversons actuellement, plutôt difficile de les blâmer. Pourtant, une difficulté se pose.

Selon une étude menée par ADP à l’occasion du “Blue Monday” qui considère qu’aujourd’hui 18 janvier est le lundi le plus déprimant de l’année, à peine 15 % des salariés se sentent assez en confiance pour parler de leur mal-être à leur manager. Et seuls, 9 % sont prêts à en informer le services ressources humaines de leur entreprise. ADP révèle ainsi les problèmes de stigmatisation entourant la question du stress au travail, qui persistent encore dans de nombreuses entreprises.

Le sondage nous apprend notamment que 29 % des salariés pourraient discuter de leurs éventuels problèmes de mal-être avec des amis ou des collègues proches.

 

A lire aussi : La cellule de soutien psychologique pour les chefs d’entreprise prolongée jusqu’en mai 2021

 

Les jeunes semblent plus à l’aise

Ils sont aussi un quart à ne pas se sentir suffisamment à l’aise pour l’évoquer dans un cadre professionnel. Pour autant, les jeunes générations semblent avoir moins de tabous sur ces questions. Parmi les 18-34 ans vivant en Europe, 82 % se disent prêts à soulever un problème de bien-être au travail s’il se présentait contre 69 % pour les plus de 55 ans.

Dans ce contexte de pandémie les inquiétudes des salariés concernant la sécurité de leur emploi s’accroissent. Près de 66 % d’entre eux se sentent stressés au travail au moins une fois par semaine et seulement 10 % affirment ne jamais l’être.

Pour autant, même si ce“Blue Monday” semble être synonyme de déprime, les Français sont toujours engagés dans leur travail. Ils sont 34 %  à envisager opter pour plus d’heures ou de jours de travail par semaine pour un salaire plus élevé. Le taux le plus haut par rapport à nos voisins européens.

 

 

Marie Roques

Marie Roques
Rédactrice en Chef


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires