Économie future-of-work

Les recommandations de l’OIT face aux transformations du travail

, par Fabien Soyez

De la formation à la protection sociale, en passant par l’égalité des genres et le dialogue social, un rapport de l’agence de l’ONU dédiée au monde du travail liste les droits fondamentaux des travailleurs, face aux bouleversements technologiques en cours.

 
Pour ses 100 ans, l’Organisation internationale du travail (OIT) s’est penchée sur la façon d’améliorer la qualité de vie professionnelle. Dans un rapport, « Travailler pour bâtir un avenir meilleur », la Commission sur l’avenir du travail (constituée d’universitaires, de groupes de réflexion, ainsi que de « figures éminentes du monde de l’entreprise et du travail ») de l’agence de l’ONU émet des recommandations à destination des gouvernements.

L’étude dresse d’abord un constat : avec les progrès technologiques (IA, automatisation et robotique) qui « créeront de nouveaux emplois, et en supprimeront d’autres », mais aussi avec 190 millions de personnes au chômage dans le monde en 2018, 300 millions de travailleurs pauvres, et des écarts salariaux entre hommes et femmes toujours vivaces, « le monde du travail connaît des changements sans précédent et des défis exceptionnels ».

 

Un « droit universel » à la formation tout au long de la vie

Dans son programme d’action « centré sur l’humain », l’OIT préconise d’abord de mettre en place un « droit universel » à l’apprentissage tout au long de la vie. « Cela comprend l’apprentissage formel et informel, depuis la petite enfance et l’éducation de base jusqu’à l’éducation et la formation des adultes. Les gouvernements, les travailleurs et les employeurs, ainsi que les établissements d’enseignement, ont des responsabilités complémentaires dans la mise en place d’un écosystème d’apprentissage tout au long de la vie efficace et financé de manière appropriée », écrit la Commission sur l’avenir du travail.

 

Un « programme de transformation », pour l’égalité des genres

L’agence recommande aussi d’accompagner davantage les individus durant les « phases de transition du monde du travail », au niveau institutionnel et politique, à commencer par les jeunes diplômés et les travailleurs âgés. « Tous les travailleurs auront besoin d’un accompagnement face aux transitions de plus en plus nombreuses du marché du travail qui jalonneront leur vie. Les politiques actives du marché du travail doivent devenir proactives, et les services publics de l’emploi doivent être développés », indique le rapport.

(…)

Retrouvez la suite de cet article sur le site de Rebondir

gplus-profile-picture

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires