Économie cadres

Cadres : la barre des 300 000 recrutements pourrait être atteinte en 2021

, par Fabien Soyez

Selon les derniers chiffres de l’Apec, plus de 280 000 cadres devraient être recrutés en 2019. D’ici trois ans, la barre des 300 000 recrutements devrait même être franchie, grâce à une croissance économique « stabilisée ». Parmi les secteurs les plus en demande, on trouve la banque-assurance, l’ingénierie-R&D et l’informatique.

 

L’Apec a diffusé ce 12 juillet ses prévisions (à trois ans) des recrutements de cadres en France. Selon l’association, « au regard des différents indicateurs macroéconomiques des instituts de conjoncture (Insee, FMI, OCDE, Banque de France, Eurostat), nous pouvons confirmer que 280.600 recrutements sont attendus cette année » (contre 266 400 en 2018), soit une progression annuelle de 5 %. Le seuil des 300 000 pourrait même être atteint en 2021. À court terme, près de 6 entreprises sur 10 envisagent de recruter « au moins un cadre » au 3e trimestre 2019.

 

Une croissance stabilisée

Pour justifier ses prévisions, l’Apec dresse le scénario d’une croissance économique « moins tonique, mais qui se stabiliserait » à partir de 2020. Les mesures d’urgence prises par le gouvernement pour soutenir le pouvoir d’achat devraient contribuer à un « rebond » des dépenses de consommation des ménages (+ 1,3 % en 2019). L’investissement des entreprises resterait de son côté « robuste ». L’association prédit également des créations d’emploi « significatives » en 2019, et un taux de chômage qui pourrait atteindre 8,3 % à l’automne.

« Sous l’effet d’un investissement robuste et de perspectives d’activités toujours bien orientées, selon le scénario de « croissance stabilisée », les entreprises implantées dans l’Hexagone maintiendraient leurs intentions de recrutements de cadres pour 2019, et au-delà jusqu’en 2021″, note l’Apec. Selon l’association, cette « dynamique » devrait être portée par la croissance et les investissements des entreprises, mais aussi par des besoins en « compétences cadres » toujours plus grands – en raison des « importantes transformations des organisations (digitalisation, transition énergétique, nouveaux modes d’organisation) ».

 

Un marché de l’emploi cadre qui “reste bien orienté”

« Ce haut niveau d’intentions formalise la bonne orientation du marché de l’emploi cadre, même si davantage d’entreprises déclarent percevoir une situation économique délicate et vouloir réduire leur volume de recrutements de cadres, notamment dans les entreprises industrielles (intentions d’embauches à 61 %) et de construction (59 %) », écrit l’Apec. Parmi les secteurs qui devraient recruter le plus de cadres au 3e trimestre 2019, on trouve la banque-assurance (78 %), l’ingénierie-R&D (85 %) et l’informatique (89 %).

Du côté des postes proposés au 3e trimestre, 43 % concerne le commercial/vente, 42 % la gestion, finance et administration, 34 % les études et la R&D, et 30 % les services techniques et l’informatique. A 88 %, les recruteurs recherchent des profils ayant « 5 à 10 ans d’expérience ». Les cadres de 1 à 5 ans d’expérience seraient également « particulièrement sollicités », avec 8 entreprises sur 10 qui prévoient d’accueillir ce type de profil. Enfin, les entreprises « restent également ouvertes » aux jeunes diplômés de moins d’un an d’expérience (44 %).

 
 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires