Économie dirigeant-peu-optimiste

Un climat des affaires mitigé en fin d’année

, par Marie Roques

 

En décembre, l’Insee observe une baisse de moral chez les dirigeants d’entreprise, qui s’avère variable selon les secteurs d’activité. Elle s’explique par les incertitudes qui perdurent face à la pandémie.

La dynamique de la reprise économique s’essoufflerait-elle un peu en cette fin d’année ? D’après l’enquête de conjoncture menée par l’Insee auprès d’entreprises de l’industrie, du bâtiment, des services et du commerce de gros et de détail, le climat des affaires se détériore en décembre, pour revenir au niveau de septembre dernier.
Par ailleurs, on apprend que la météo de l’emploi se dégrade légèrement après deux mois d’amélioration. Cette dernière connaît, en effet, davantage d’incertitudes dans le domaine des services (hors agences d’intérim) mais l’industrie reste plutôt optimiste en la matière.

A lire aussi : Climat des affaires : Le moral des dirigeants s’améliore lentement

Les services à la traîne

La situation est également contrastée selon les secteurs quand on observe plus en détail le climat des affaires, qui reste, dans l’ensemble, tout de même meilleur qu’avant la pandémie.
Ce sont les services qui, comme pour l’emploi, apportent une ombre au tableau. La 5e vague de contamination et la diffusion très rapide du variant Omicron pèsent sur les prévisions d’activité dans ce secteur. C’est aussi le cas, pour des raisons identiques mais de manière moins marquée, pour le commerce de détail.
En revanche, l’industrie se porte un peu mieux, soutenue par des prévisions positives concernant la production. De même, les perspectives dans le bâtiment sont toujours favorables.

 

Marie Roques

Marie Roques
Rédactrice en Chef


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires