Économie travail-collaboratif

Les créations d’entreprises sont en baisse

, par Fabien Soyez

En janvier 2020, le nombre total de créations d’entreprises tous types d’entreprises confondus est en baisse. Ainsi, si les créations d’entreprises classiques rebondissent, les immatriculations de micro-entrepreneurs se replient, selon l’Insee.

 

Les créations d’entreprises en France ont baissé de 1,9 % en janvier, en raison d’une diminution du nombre des nouvelles micro-entreprises, selon les dernières statistiques de l’Insee. Après avoir atteint un pic en novembre 2019, les immatriculations ont également reculé de 0,2 % en décembre. Au total, 72 001 entreprises ont été créées en janvier 2020, contre 73 366 en décembre, 73 505 en novembre et 70 853 en octobre.

L’Insee relève toutefois une hausse du nombre d’entreprises classiques, avec + 6,5 % en janvier pour 38 792 créations en janvier 2020, après une baisse de 14,7 % en décembre 2019. Du côté des micro-entreprises, l’Insee relève un repli de 10,1 % en janvier, tandis que le mois précédent, les immatriculations avaient grimpé de + 19,9 %.

 

Le soutien aux entreprises en essor

En 2019, le secteur du soutien aux entreprises est celui qui a contribué le plus à la hausse des créations d’entreprises (+ 30 400 créations, soit une contribution de 4,3 points à l’évolution totale).

“Au sein de ce secteur, c’est dans les activités de conseil pour les affaires et autres conseils de gestion que la hausse est la plus importante (+ 6 500 créations sur les douze derniers mois)”, observe l’Insee.

 

47 % des créations sont des micro-entreprises

En données brutes, le nombre cumulé d’entreprises créées au cours des 12 derniers mois s’est accru de + 16,7 %. “Tous les types de créations sont en hausse : les immatriculations de micro-entrepreneurs (+ 21,9 %), les créations d’entreprises individuelles classiques (+ 16,7 %) et celles de sociétés (+ 8,6 %)”, note l’Insee.

À noter enfin que sur l’ensemble des créations recensées en janvier 2020, près de la moitié sont des micro-entreprises (47,1 %), contre à peine 26,1 % pour les entreprises individuelles classiques.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires