Carrière img_1960-web

Talent Connect London : LinkedIn booste son service aux recruteurs

, par Chloé Goudenhooft

Lors du Talent Connect London, qui s’est déroulé les 21 et 22 octobre dans la capitale britannique, LinkedIn a présenté les nouveaux outils qui seront bientôt mis à disposition des recruteurs. L’événement a aussi été l’occasion pour la marque de faire son show.

Grande salle aux lignes épurées et inondée d’une profonde lumière bleue. Une estrade principale, deux podiums sur les côtés. La musique électronique qui accueille les participants à cette première cession du Talent Connect de LinkedIn au London Excel, sorte de Palais des Congrès britannique, le 21 octobre, cède la place à trois musiciens : un violoniste, une violoncelliste et un batteur. Le spécialiste américain du recrutement a mis le paquet. Début de cession, une succession de keynotes pour présenter, à la Steve Jobs, les nouveautés de la marque.

Graphique économique

Pour l’ouverture de cette édition, le leitmotiv de Pierre Berlin, director of Sales EMEA, porte sur un mot : “rêver”. Autrement dit, que chacun fasse aboutir ses rêves, que ce soit trouver le bon candidat pour les entreprises ou trouver le job idéal pour les candidats… “Ce que veut proposer LinkedIn, c’est de construire un “graphique économique”, explique à son tour Mike Gamson, Senior Vice President du Global Solutions de LinkedIn. “Un graphique, c’est la description de la relation entre deux personnes. Si on ajoute une troisième personne, on ouvre sur une autre dimension, et c’est ce que fait LinkedIn en reliant des gens du monde entier. Nous voulons apporter l’investissement technologique et les infrastructures pour créer par ce biais des opportunités économiques, mais tout en remettant du lien ou de l’humanité dans le monde du travail.”
Pierre Berlin, director of Sales EMEA.

Short-list
Le show bien huilé se poursuit par la présentation des nouveaux bébés de la marque. Le réseau social professionnel offre désormais la possibilité à ses membres de coopter ses connaissances via l’application “Referrals”, disponible dès le mois de novembre. Par le biais d’un message, l’utilisateur du réseau lambda peut faire connaître une offre à l’une de ses connaissances pour le mettre en contact avec son employeur. L’atout de cet outil, selon Eduardo Vivas, director et product manager chez LinkedIn, c’est de faire connaître au coopteur l’état d’avancement des échanges. “Le problème du référencement, c’est que l’on n’a pas de visibilité sur le processus de recrutement, ce qui peut freiner certains salariés.” Autre nouveauté à paraître début 2016, la version redesigner du produit “Recruiter”, qui permet de faire ressortir une short-list pertinente de candidats appartenant au réseau LinkedIn au niveau mondial. Cette application opérera un tri en fonction du lieu, des compétences, de la disponibilité des candidats et d’autres critères. Selon l’entreprise, 38 000 entreprises utilisent déjà cette application.


 

Soptlight
Une nouvelle option viendra s’intégrer à cet outil : le “Profils similaires”. Cette fonction offre la possibilité aux employeurs de chercher des candidats ayant un profil similaire à celui de leurs meilleurs employés. L’outil “Suggestion de recherche” soumettra aux recruteurs des profils qui correspondent aux postes à pouvoir. Enfin, un dernier élément appelé “Spotlight” permettra de proposer aux responsables RH de valoriser une sélection de membres qui sont déjà reliés à eux et qui correspondent aux critères de l’emploi vacant.

 

Mis à jour RH

Le reste de la journée est rythmé de conférences et d’interventions sur différentes thématiques RH 2.0, et sur l’utilisation du réseau par les recruteurs eux-mêmes. 
Des responsables des ressources humaines de différentes structures ont été invités à l’événement, telle que Michaela*, directrice RH d’un hôpital à Milan ou encore Elina Serkedzieva, Global RH Partner chez Opera Software ASA, une entreprise de logiciels norvégienne. “Pour nous, ces journées sont toujours intéressantes, commente-t-elle. C’est l’occasion de se maintenir à jour sur ce qu’il existe sur le marché du recrutement et de découvrir les nouvelles applications.” À ses yeux, LinkedIn représente en effet un réel moyen de brasser un champ large de candidats, même si, au final, les personnes retenues ne sont pas forcément celles contactées par le réseau social. Quant aux nouvelles applications proposées, la responsable RH les trouve pertinente mais attend de voir si, à l’usage, elles sauront porter leurs fruits. “L’application de la marque est plutôt bien faite, mais le site n’est pas encore très ergonomique. Des améliorations restent à faire du point de vue de la navigation.”

* La responsable n’a pas donné son nom.

gplus-profile-picture

Chloé Goudenhooft
Journaliste pour Courrier cadres


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires