Carrière cadre-etranger

54 % des expatriés étrangers en France sont cadres

, par Camille Boulate

Paris21.tv, en partenariat avec la Société de Banque et d’Expansion, a publié début février pour la seconde année consécutive son enquête sur la vie des expatriés étrangers résidant en France (impatriés).

 

Quel est le profil des expatriés étrangers vivant en France ? C’est l’objectif de l’étude, publiée pour la seconde année par Paris21.tv en partenariat avec la Société de Banque et d’Expansion. Résultats, comme en 2014, plus de la moitié (57  %) sont des hommes et 40 % sont âgés de 41 à 59 ans. “On observe une augmentation du segment 60 ans et + de 2 points par rapport à 2014 (13 %), trop légère néanmoins pour conclure à un vieillissement de la population étrangère résidant en France”, indique l’étude. Comme en 2014, la majorité des impatriés travaillant en France sont salariés dont 41 % sont employés dans une entreprise locale. 54 % ont le statut cadre. 15 % sont des créateurs d’entreprise ou des commerçants et 2 % sont sans emploi. Ils sont 73 % à être employés dans une entreprise française.

 

Une population européenne

Plus de la moitié (54 %) ont prévu de rester 10 ans, voire plus en France tandis qu’ils sont 28 % à déclarer être présents depuis moins de trois ans, et 23 % depuis plus de 10 ans. Par ailleurs, un impatrié sur deux déclare que leur contrat est prévu pour au moins 5 ans, “l’impact du contrat local”, estime l’enquête. Ils sont 19 % (+ 4 %) à gagner annuellement moins de 30 000 euros, tandis qu’il sont 23 % (+ 3 %) à avoir une rémunération de 76 000 euros et plus. Autre donnée : si les expatriés étrangers résidant en France restent majoritairement issus d’un pays de l’Union Européenne, ils sont moins nombreux qu’en 2014 : 41 % contre 46 %. En revanche il sont plus du double à venir d’un pays européen hors UE (12 % contre 6 % en 2014). Les personnes venant de pays d’Amérique du Nord et d’Asie (hors Moyen-Orient et Sud-Est) sont également plus nombreuses avec respectivement 20 % (contre 16 %) et 9 % (contre 6 % l’année précédente).

gplus-profile-picture

Camille Boulate


Sur le même thème