Carrière catherine-deschamps

Une reconversion, ça se travaille !

, par Aline Gérard

Nombre de salariés, dont des cadres et des dirigeants, rêvent de se réorienter. Mais s’engager dans cette voie est loin d’être simple, tant les freins culturels sont nombreux.
Par Catherine Deschamps, principal assessment du cabinet de recrutement Robert Walters.

On pourrait croire, à notre époque, que la reconversion professionnelle résulte d’un phénomène de mode. Or, force est de constater que la volonté de changer de trajectoire est moins liée à une conjoncture qu’à un état d’esprit. Bien souvent motivée par une lassitude (on arrive au bout de son projet professionnel), une situation de stress, un échec professionnel ou un plan social, la reconversion est une quête d’un mieux. Un mieux existentiel qui passe par un épanouissement personnel, une qualité de vie plus proche de ses valeurs, une meilleure estime de soi…

Retrouver du sens
Un tel projet exige une motivation sans faille, une grande disponibilité et une certaine solidité financière. Ce constat est d’autant plus vrai que la France reste un pays assez réticent au changement, contrairement à certains de ses voisins européens. Les employeurs continuent de favoriser les parcours dits classiques et linéaires et sont peu enthousiastes à l’idée d’embaucher un profil issu d’une réorientation. Se rajoute à cela une conjoncture économique difficile, peu encline à encourager la mise en place d’un tel projet, qui repose avant tout sur de solides convictions.
Nous constatons que la plupart des personnes cherchent à retrouver du sens à leur carrière, de la motivation et de l’intérêt pour leur poste. Celles qui vont jusqu’au bout de leur reconversion (en moyenne 1 à 2 ans) sont généralement animées par une véritable passion et, dans cette mesure, sont prêtes à y consacrer une grande partie de leur énergie et de leurs ressources.

Un projet cohérent
Les cadres et dirigeants s’inscrivant dans une dynamique de changement ont besoin d’un accompagnement individualisé. Que ce soit avec un cabinet spécialisé ou un coach, il est nécessaire de prendre le temps de jauger la confiance que l’on peut accorder à son accompagnateur.
Une fois cette étape franchie, mettez à plat l’ensemble de vos compétences pour avoir une pleine conscience de ce que vous souhaitez faire et de ce que vous êtes capable de faire. Il est essentiel de s’être posé la question suivante : qu’attendez-vous de ce changement ? Une période de maturation, rendue possible grâce à la réalisation d’un bilan de carrière, permet de révéler vos compétences clés et vos compétences transférables, le degré de votre motivation et la fiabilité de votre reconversion.
Élaborer un projet cohérent, bien ficelé et économiquement viable sera une condition sine qua non pour avoir une chance de convaincre votre entreprise !

gplus-profile-picture

Aline Gérard
Rédactrice en chef de Courrier cadres


Sur le même thème


Vos réactions (1)

  1. ELIDO, le

    Je fais partie de ces cadres qui, en quête d’un nouveau sens à leur vie professionnelle, a voulu changer son parcours….
    Las….mon étiquette « d’avant » me colle au front, dur de trouver un employeur assez gonflé pour croire en ma polyvalence et mon adaptabilité!!

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires