Carrière valerie-champault

Réseaux : trouver un modèle équilibré

, par La Rédaction

Les réseaux sont incontournables dans une carrière. Valérie Champault, d’Adecco Groupe France, préconise un bon équilibre entre leurs versions physiques et virtuelles.

 

Par Valérie Champault, reponsable Marketing Professional Staffing, Adecco Groupe France.

 

Les réseaux ont et auront toujours une influence dans le monde professionnel. Que ce soit réseaux personnels, professionnels ou familiaux, ils permettent d’obtenir des informations, rencontrer des contacts, développer de nouvelles relations…
Leur influence sur le business n’est pas neutre, et ceci est d’autant plus vrai dans un monde à culture latine où la relation personnelle reste prépondérante. Ils peuvent aboutir à des signatures de contrats ou de nouvelles opportunités professionnelles par exemple.

Les réseaux d’influence ne sont eux aussi pas nouveaux mais ont une connotation plus anglo-saxonne, personnifiée par les lobbies actifs et légitimés dans la sphère européenne.

L’importance des réseaux se généralise et surtout se digitalise avec d’un côté l’avènement des réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Viadeo ou LinkedIn et de l’autre le développement de réseaux d’influence sur le Net (notamment de nouveaux réseaux féminins tels que Girlz in Web, Du rose dans le gris, etc.).

 

Une importance…

Les réseaux sociaux permettent d’atteindre plus rapidement, plus efficacement une “cible” grâce au système de recommandations personnelles. Celles-ci offrent une source efficace de contacts mais ne sont pas encore utilisées au maximum.

Ces réseaux permettent aussi d’élargir rapidement son cercle d’influence immédiat. Cependant il faut savoir quoi publier et dans quel sens le vent souffle pour être pertinent.

Les entreprises intègrent de plus en plus dans leurs stratégies les influenceurs de la Toile. Elles savent que les blogueurs ont la capacité de développer du buzz, bon ou mauvais, en peu de temps, et leurs opinions sont relayées par les médias traditionnels. Ils constituent ainsi un relais précieux et relativement peu onéreux pour les communications de l’entreprise.

Les réseaux d’influence ne s’y sont pas trompés. Ils utilisent les réseaux sociaux pour recruter des membres et diffuser leurs opinions..

Une présence sur la Toile devient même un critère de recrutement et entraîne le développement de problématiques de gestion de la e-reputation (“klout”).

 

… qui doit toutefois être relativisée

La question se pose quant à la pérennité des réseaux sociaux. On évoque de manière récurrente la fin de Facebook. Les innovations s’accélèrent et on se demande quand la relève arrivera. Le développement du mobile pèsera très lourd sur les évolutions des réseaux.

Quant aux demandes de recommandations sur les réseaux, jusqu’à quand fonctionneront-elles ? Il arrivera un moment où nous serons tellement submergés de requêtes que nous cesserons de les forwarder. Il reste donc à surfer sur la vague tant qu’elle dure avant qu’elle ne s’écrase, comme le fait l’e-mail actuellement.

La présence digitale des réseaux reste la partie émergée de l’iceberg. En effet, les lobbies continuent le plus souvent à travailler dans l’ombre, et les réseaux de connaissances physiques restent les plus performants. Même en ce qui concerne les influenceurs sur la Toile, le plus efficace est toujours de connaître son audience en live pour obtenir les meilleurs résultats.

Alors, les réseaux ont-ils une importance dans le monde professionnel ? Oui. Sont-ils de plus en plus digitaux ? Oui. Il faut donc les prendre en compte. Doivent-ils être la seule source d’influence ? Non. Il faut garder un modèle équilibré.

 

 

 

 

 

 

La Rédaction


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires