Carrière calcul-impot

Les salariés des licornes mieux payés de 6,23 %

, par Nathan Rayaume

Dans une enquête, Figures révèle que les salariés des licornes sont mieux payés que dans les autres start-up. Cela crée donc un fossé avec celles moins mis en avant. Qu’est-ce que ces chiffres trahissent de l’écosystème actuel ?

Une étude de la plate-forme d’agrégation de données salariales Figures, consacrée aux salaires au sein de l’écosystème start-up, montre une hausse des salaires dans les licornes françaises. Leurs salariés seraient 6,23 % mieux payés que le reste du marché. En cause des levées de fonds servant à financer le recrutement. Un contexte problématique pour les start-up à des niveaux de développement moins poussés et donc moins financées. Ce qui entraîne un écart entre les licornes et les autres start-up.

A lire aussi : Incubation des start-up : Pourquoi les grands groupes en sont-ils si friands ?

Pour Louise-Marie Véron, directrice du développement start-up chez Paris&Co, réagit à cette étude et appuie sur plusieurs points : « Cette flambée est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Une bonne car cela prouve que la scène tech française est de plus en plus attractive, notamment pour les fonds étrangers qui investissent chaque jour davantage dans nos pépites. Une bonne nouvelle également pour les candidats qui, sur ces métiers en tension, trouvent un emploi stimulant et rémunérateur sans difficulté. Enfin, cela oblige les entreprises à repenser leur marque employeur et à mettre en place des bonnes pratiques de management tout comme à infuser du sens au quotidien », commente-t-elle. Avant de poursuivre : « Mais cette envolée est également génératrice de distorsions trop fortes entre les licornes et toutes les autres start-up, PME, ETI françaises, pourtant fondamentales au tissu économique des territoires ! Les effets d’annonce en faussant la réalité du marché, entraînent des conséquences importantes pour une majeure partie de l’écosystème start-up : des échelles de salaires trompeuses, entraînant des recrutements difficiles du fait de négociations âpres, l’impossibilité de s’aligner, et un turnover en augmentation » conclut-elle. 

Avatar

Nathan Rayaume
Journaliste


Sur le même thème