Carrière emploi-numerique

Numérique : des perspectives d’activité positives pour 2016

, par Chloé Goudenhooft

À l’occasion du forum des télécommunications qui s’est déroulé le 11 février dernier, une enquête a été menée auprès des entreprises du secteur numérique dans le cadre de l’Observatoire des métiers de l’Institut Mines-Télécom. Les dirigeants semblent optimistes quant aux perspectives à venir.

 

Le numérique est en bonne forme pour l’année 2016. Selon une enquête réalisée par l’Observatoire des métiers de l’Institut Mines-Télécom*, 84 % des entreprises ont des perspectives d’activité positives. Seules 2 % d’entre elles estiment qu’elles sont négatives. En matière de recrutement, 62 % des répondants envisagent un taux d’embauche supérieur à l’année précédente (46 % en 2015). C’est notamment le cas dans l’audit et le conseil (85 %), chez les éditeurs de logiciels (86 %) et les ESN, entreprises de services du numérique et ingénierie (67 %, contre près d’un tiers en 2016). Les opérateurs télécom partagent moins cet optimisme. Sur les cinq interrogés par l’Institut Mines-Télécom, deux envisagent de réduire leur recrutement en 2016. Et quatre sur cinq disent n’avoir aucun plan d’embauche.

 

Émergence de spécialités

Les spécialités les plus demandées concernent les systèmes d’information, les sciences des données (Big Data), notamment dans l’activité audit, conseil (13 % des demandes) et les services (11 %), la sécurité (domaine de plus en plus prisé, notamment dans l’audit, conseil 4 %), puis l’architecture systèmes et l’ingénierie, intégration et déploiement systèmes. L’édition 2016 du baromètre met en évidence l’émergence rapide de certaines spécialités marginales il y a encore deux ou trois ans, aujourd’hui incontournables comme l’Internet des objets, qui représente 25 % des demandes des employeurs de l’industrie Télécom et électronique (8 % tous secteurs confondus).
Les qualités les plus attendues par les recruteurs sont : une forte capacité d’abstraction et de modélisation, une double compétence technique et management de projet, de l’ouverture et de l’adaptation, et enfin la capacité d’intégration en équipe.

 

* Réalisée à l’occasion du forum des télécommunications le 11 février. 85 entreprises étaient présentes, taux de réponse de 74 %.

gplus-profile-picture

Chloé Goudenhooft
Journaliste pour Courrier cadres


Sur le même thème