Carrière formation-entreprise

Formation professionnelle : un décalage entre moyens et besoins

, par La Rédaction

Selon une étude réalisée par Financial Times et Corporate Learning Alliance, la formation professionnelle est un des axes prioritaires des dirigeants. Seulement, ces derniers semblent ne pas vraiment prendre en compte l’impact concret de ces programmes sur le travail effectif des équipes.

 

Former ses salariés est une priorité pour améliorer les résultats financiers des entreprises pour un dirigeant français sur deux. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par Financial Times et Corporate Learning Alliance. Pour 52 % des répondants français, investir dans ses employés “stimule le changement et l’innovation” au sein de l’entreprise. Les besoins jugés les plus importants en matière de formation sont : l’engagement des clients (51 %), la réflexion stratégique (58 %), la mise en œuvre des stratégies (51 %), le succès de l’innovation (50 %) et le leadership (50 %).

 

Impact

48 % des Français interrogés estiment que les programmes de formation dans lesquels investit leur entreprise contribuent au développement des compétences nécessaires pour accomplir leur travail plus efficacement.
De manière générale, il ressort de cette étude que les attentes sur ce sujet et les actions menées par les entreprises ne sont pas alignées. “La capacité à mesurer les résultats éventuels ne constitue généralement pas la première priorité lorsque les entreprises sélectionnent un prestataire pour délivrer des programmes de formations”, est-il indiqué. Seul un dirigeant sur quatre estime que sa société choisit ses prestataires en se basant sur leur capacité à mesurer l’impact de leurs formations. Le critère principal reste l’historique, c’est-à-dire le fait que le prestataire ait déjà travaillé avec l’entreprise. “Il est essentiel que ces derniers comblent l’écart entre les attentes et la réalité, en améliorant la façon dont l’impact de la formation est mesurée au sein de leurs entreprises par rapport aux performances commerciales et aux résultats financiers”, analyse VanDyck Silveira, PDG de FT, IE Corporate Learning Alliance.

La Rédaction


Sur le même thème