Carrière manager_cartesien_courriercadres

Allocations chômage : la dégressivité des indemnités visera bien les cadres

, par Fabien Soyez

Le gouvernement introduira, à partir du 1er novembre 2019, la dégressivité dans l’indemnisation accordée aux chômeurs. Ne seront concernés que les 10 % des salariés les mieux payés. Ces cadres verront leur indemnisation réduite de 30 % à partir de 7e mois de chômage. Une mesure injuste, selon les syndicats et nombre d’économistes.

Lors de sa présentation de la réforme de l’assurance-chômage, le 18 juin, le gouvernement a confirmé l’introduction, le 1er novembre 2019, de la dégressivité dans l’indemnisation accordée aux chômeurs. Dans un « but de justice sociale », ne seront toutefois concernés que les très hauts revenus (plus de 4 500 euros brut). Ceux-ci verront leur indemnisation réduite, au début du 7ème mois d’indemnisation, de 30 % – avec un plancher fixé à 2 261 euros nets, sous lequel l’allocation ne pourra baisser.

« Tous les salariés qui ont un salaire inférieur à 4 500€ bruts par mois ne seront pas concernés par cette mesure. Ce seront donc uniquement les 10 % des salariés les mieux rémunérés de notre pays qui seront impactés, des personnes en mesure de retrouver un emploi plus vite que les autres », a expliqué Muriel Pénicaud. À noter que les plus de 57 ans ne seront pas concernés non plus, « car il est difficile à cet âge de retrouver un emploi », précise la ministre du Travail.

Selon Edouard Philippe, cette dégressivité, destinée à faire économiser de l’argent à l’Unédic, devrait permettre de « revoir un système qui permet d’obtenir des niveaux d’indemnisation pour les salaires élevés qui sont trois fois supérieurs à ce qui se passe chez nos voisins européens ».

 

« Les cadres sont injustement stigmatisés »

Avant même que le gouvernement ne présente sa réforme, les syndicats Ugict et CFE-CGC avaient lancé une pétition contre cette mesure, qui touchera en particulier les cadres. « Concrètement, cela signifie que pour celles et ceux qui ne retrouveront pas immédiatement de travail, le montant des allocations chômage baissera et ne leur permettra plus de maintenir leur niveau de vie. Cadres ou non, cette situation nous concerne tous et toutes car une fois expérimentée, n’en doutons pas, la dégressivité sera étendue à tous les autres salariés au prétexte de l’équité », indiquent les organisations.

Selon les syndicats, le gouvernement « stigmatise » les cadres, en « prétendant que ces derniers sont des favorisés, et que le montant trop ‘généreux’ de leurs allocations chômage ne les incite pas » à chercher un travail. D’après eux, Edouard Philippe et Muriel Pénicaud « oublieraient » aussi que les cadres, étant peu au chômage, touchent des cotisations qui représentent 42 % des ressources du régime, et des allocations qui comptent seulement pour 15 % des dépenses.

La dégressivité des indemnités pour les plus hauts salaires, promesse de campagne d’Emmanuel Macron, est aussi loin de faire l’unanimité chez les économistes : interrogés par Courrier Cadres en octobre 2018, Éric Heyer, de l’OFCE, et Gilbert Cette, professeur d’économie à l’Université d’Aix-Marseille, estimaient ainsi que cette mesure n’auraient que « peu d’efficacité » sur le chômage, et serait « injuste » pour les cadres, qui « cotisent beaucoup plus qu’ils ne coûtent en indemnisations ».

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Vos réactions (9)

  1. Beatrice, le

    Il faut donc revoir les contrats, plus de clauses de non concurrence et d’exclusivité.
    Laisser la possibilité d’exercer plusieurs activités rémunérées sans restrictions.

  2. Le bon con-tribuable, le

    En réponse à Stéphanie: vous êtes vraiment cadre avec de tels propos ? à dire que 4.000 euros par mois c’est énorme? vraiment bizarre… suspect, même.
    Vous n’avez pas compris que les cotisations sont indexées au niveau des salaires (plus on gagne plus on cotise), que le train de vie s’adapte au salaire, et qu’en plus les hauts salaires sont les personnes qui ne se mettent pas au chômage par plaisir, pour profiter de l’assistanat.
    Et que passé 45-50ans avec des « hauts » revenus, il est très difficile de retrouver un boulot et encore plus après s’être fait viré d’une boîte même au motif économique.

  3. Emmanuel, le

    Et la dégressivité des cotisations… On en parle?
    30 ans que je cotise, je n’ai jamais pensé que le chômage était une sinécure…
    Réduire les cotisations chômage au fil des années, au profit du salaire net, voilà quelque-chose qui pourrait en motiver rtains à faire une carrière avec un minimum de périodes de chômage…

  4. GAUDY, le

    Bonjour,

    Cette mesure s’appliquera-t-elle à tous les cadres au chômage ou seulement à ceux qui perdront leur emploi après le 1er novembre 2019?

    Merci par avance pour vos précisions.

    LG

    1. Fabien Soyez, le

      Bonjour, les nouvelles règles s’appliqueront dès le 1er novembre, seulement aux nouveaux entrants. Il n’y aura pas d’application rétroactive aux chômeurs qui touchent déjà une allocation.

  5. Le bon con-tribuable, le

    Complètement injuste. Macron tape sur la classe moyenne+, celle qui travaille, ne revendique pas et ne se met pas en grève. Celle qui cotise le plus et coûte le moins en assistanat. Honteux.

  6. Stephanie, le

    Non mais déjà, je pensais que le chômage était plafonné à 4000 € et qu’on ne pouvait jamais toucher plus.
    Ce qui est à mon sens déjà énorme !
    Pour info, je suis cadre….. au chômage et bien contente de la réforme que je ne trouve pas encore assez dure pour ce genre d’indemnisé !
    Du chômage à plus de 3000 ne devrait même pas exister et 3000 € je trouve déjà ça trop haut !
    À bon entendeur !!!!

    1. Karine, le

      Je suis cadre et bien en-dessous du plafond concerné.
      Il ne faut pas regarder que le salaire. Les gens qui ont ce genre de salaire ont probablement des prêts assez élevés, voire des frais de scolarité d’enfants élevés aussi. Si ils ne retrouvent pas un travail à salaire équivalent assez rapidement, c’est l’équilibre financier de leur famille qui risque d’être compromis.
      De plus, ils dépenseront moins, ce qui n’est pas bon pour l’économie…

    2. Pierre, le

      @Stephanie
      Si un cadre est payé 7 000 € par mois et qu’il est au chômage,il ne devrait pas exister selon vos propres termes ?
      Un peu bizarre…
      Etes-vous cadre ?
      Au plaisir de vous relire 😉

Répondre à Pierre Annuler la réponse.

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires