Carrière mba_0

Choisir son MBA : les valeurs sûres

, par Chloé Goudenhooft

Certains MBA spécialisés existant depuis longtemps continuent d’attirer des étudiants car ils semblent incarner une valeur sûre. Souvent, ils correspondent à une niche et s’adressent plutôt aux candidats qui ont un projet de carrière précis ou une offre spécifique bien en vue. En exemple, le domaine des achats, de la santé et de l’hôtellerie.

 

Achats
Aux dires de Driss Aït Youssef, directeur de l’Institut Léonard de Vinci, la fonction a le vent en poupe. “Avant, le métier était très industriel, affirme-t-il. Aujourd’hui, des besoins se font aussi sentir dans les services comme chez SFR, C Discount, etc. Les entreprises ont besoin de rationalité. Avec le déploiement des nouvelles technologies, on sait que les achats en ligne ont dépassé ceux réalisés en boutique. C’est la logique du dernier kilomètre avec la livraison dans un point relais.” Les sortants d’un MBA ayant une spécialisation achats sont donc susceptibles d’intéresser les entreprises pour accompagner leur développement.

Santé
Avec le vieillissement de la population, le besoin en établissements de santé va augmenter, et celui de leur encadrement avec. Un MBA spécialisé en la matière semble être un bon sésame pour réorienter sa carrière, ou la faire évoluer quand on vient du secteur. L’Université Paris Dauphine a ouvert un Executive MBA Santé en 2011 qui connaît un succès grandissant. “Nous refusons du monde”, souligne Béatrice Fermon, directrice associée de ce programme. Alors que le MBA intéressait d’abord des profils issus du milieu, il attire de plus en plus de candidats en reconversion. “Nous accueillons trois types d’étudiants. Il y a ceux qui sont dans la santé et qui ont envie de booster leur carrière, comme des directeurs qui souhaitent occuper des postes à responsabilités plus larges. Nous avons aussi de plus en plus de médecins qui veulent comprendre les problématiques économiques de leur domaine. Recruter ce type de candidats était un vrai objectif, ce n’était pas évident à l’origine. Puis nous observons une demande grandissante de professionnels qui exerçaient dans un secteur d’activité différent et qui cherchent à se reconvertir.” La directrice associée explique ce choix comme une volonté de donner plus de sens à sa carrière.

Hospitality Management
Autre secteur qui attire les cadres en mal de reconversion, l’industrie hôtelière fait notamment bonne figure en France, en tête des pays visités par les touristes depuis plusieurs années. Cyril Lanrezac, responsable du MBA on Hospitality Management de l’Essec, rappelle que ce programme existe depuis 1984 mais qu’il connaît toujours un certain succès. “La demande a beaucoup augmenté dans les années 2000. Elle continue de croître sur le marché français mais stagne au niveau international pour des raisons économiques, la formation étant trop chère pour certains étudiants étrangers.” Comme autres explications du succès, le responsable avance la hausse du nombre de gens qui voyagent, mais aussi le goût des cadres pour ce secteur. Il cite encore l’aspect multisectoriel de cette activité qui permet de toucher à tous les domaines. De plus en plus, le responsable voit arriver des profils qui s’intéressent à la distribution électronique, au marketing digital mais aussi des entrepreneurs. “Les candidats de 30 à 35 ans qui veulent monter leur entreprises dans l’hôtellerie ou le tourisme ont envie de se tourner vers un environnement plus au contact des clients.”

 

Prix et durée des formations :

MBA Achats École de management Léonard de Vinci
– Entre 10 900 et 14 000 euros, pour un an
Executive MBA Santé de l’université Paris Dauphine
– 15 000 euros, pour 17 mois deux ou trois jours par mois
MBA Hospitality à l’Essec
– 29 800 euros, pour 11 mois – 33 000 euros, pour 23 mois

 

gplus-profile-picture

Chloé Goudenhooft
Journaliste pour Courrier cadres


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires