Cadres et dirigeants Femmes

Les femmes toujours sous représentées dans les filières tech

, par Nicolas Monier

Dans sa dernière enquête, Gender Scan revient sur la place des femmes dans l’économie numérique. Force est de constater que les résultats laissent apparaître un vrai décrochage. Les chiffres ne cessent de chuter : des diplômées en ingénierie à l’emploi des femmes dans les filières tech ! Une situation jugée préoccupante pour Cédric O, secrétaire d’État chargé du numérique présent à l’occasion de la publication de ces résultats.

 

Les femmes demeurent toujours autant sous représentées dans les filières dites technologiques. Dans sa cinquième édition, l’enquête Gender Scan dresse une photographie de la place des femmes dans le secteur High-Tech et le numérique. Le décrochage commence dès l’école. Entre 2013 et 2017, la proportion de femmes diplômées diminue de 6 % en France. Alors que cette proportion croît de 2 % sur la même période dans le reste de l’Europe. En matière d’emploi, même constat alarmant. Les effectifs de femmes salariées dans les filières de haute technologie accusent une baisse de 11 % alors que cette proportion croît de 14 % dans le reste de l’Europe. “Nous assistons à une véritable évaporation des compétences. Plus l’âge avance, plus la proportion de femmes diminue dans les secteurs concernés”, remarque Claudine Schmuck, fondatrice du cabinet Global Contact, à l’origine de l’enquête. Force est de constater que les acteurs ne parviennent pas à appréhender les mesures d’impact liées aux différentes actions menées qu’elles soient publiques ou privées. Comment rationnaliser l’allocation de fonds permettant aux femmes de franchir le plafond de verre ?

 

Un plafond de verre encore solide

 

Pourtant la satisfaction au travail des femmes dans la tech française reste à un haut niveau. 66 % des salariées reconnaissent un engagement fort de leur direction générale en faveur de la qualité de vie au travail et 69 % d’entre elles constatent l’impact positif des campagnes de sensibilisation sur l’égalité femmes/hommes. “Chez Orange, ce sont nos équipes mixtes qui réussissent le mieux. D’ailleurs, un grand nombre de boutiques parmi les plus compétitives sont gérées par des femmes”, observe Mari-Noëlle Jégo-Laveissière, deputy CEO, technology and global innovation chez Orange. Constatant cet indéniable décrochage de la mixité dans la High-Tech française, le secrétaire d’État chargé du numérique a tenu à rappeler que ces tendances devraient commencer à s’inverser notamment grâce à la future loi sur l’émancipation économique des femmes portée par le gouvernement en 2020. Espérons donc que cela ne reste pas au stade de vœux pieux.

 

Nicolas Monier

Nicolas Monier


Sur le même thème